Europe

Un matin à Munich

Pin
Send
Share
Send


Le dernier jour de voyage en bavière nous avions prévu un visite guidée du centre-ville de Munich avec la Office de tourisme de la ville. Nous étions accompagnés de Rubén, notre deuxième grand hôte en Allemagne, armés d’une grande dose de patience pour visiter la capitale de la Bavière pas moins à 9 heures du matin, en vacances, avec un rhume qui refroidissait les os mois d'avril.

L'office de tourisme est en Marienplatz, la place de la mairie, en plein centre de la ville. Il était si tôt quand nous sommes arrivés qu'il n'y avait presque pas de rues ou de rues et la place était très solitaire. Peu de temps après, nous avons rencontré Barbara, notre guide, et nous avons commencé à nous promener dans le centre pendant que nous apprenions l’histoire et les principaux monuments de «München», Comme on l'appelle en allemand.

Notre guide était une femme très bavarde et très gentille, qui parlait très bien espagnol et a rendu la visite très agréable. Pour commencer, il nous a donné des informations générales sur Munich et nous a indiqué l’origine du nom, lié, selon la théorie la plus répandue, à la fraternité des moines qui s’y sont installés au Moyen Âge. Puis il nous a emmenés voir deux églises: l’imposante cathédrale ou Frauenkirche, qui était fermée, et la plus ancienne église de la ville, la «Alte Peter» Comme c'était le lundi de Pâques, dans cette église de San Pedro, ils étaient en pleine fête. Nous sommes allés dans un moment et nous avons été surpris par ce que nous avons vu. De la musique de violon et des voix de chorale envahissent l'église et le soleil entre par les fenêtres, à travers les brumes d'encens pour illuminer l'autel, où le prêtre officie pour la messe. Barbara nous a expliqué que le pasteur de cette église était célèbre pour sa bonté mais surtout pour son entêtement à appliquer ce qui avait été approuvé par le Concile Vatican II. Il a donc continué à célébrer les messes en latin et en tournant le dos aux paroissiens. Nous savions que la Bavière était un bastion du catholicisme conservateur et, par exemple, de la patrie de l’expapa de Ratzinger, mais dans les brefs instants où nous étions à la Peterkirche, nous pouvions le voir de nos propres yeux.


Puis nous sommes allés à la Plaza del Viktualienmarkt, un marché en plein air très célèbre. Et curieusement, nous sommes passés du catholicisme le plus strict à l’ancienne religion païenne de la nature. Ce matin-là, tout était fermé et solitaire, mais nous avons adoré entendre l'histoire de la Maibaum ou peut arbre. Coffre imposant et décoré des couleurs du drapeau bavarois et des symboles de toutes les guildes médiévales de la ville. Cet héritage des temps païens, lorsque les tribus saxonnes d’Europe centrale ont élevé des arbres sacrés pour célébrer leurs rituels de printemps et de fertilité, peut-être lié au "irminsul", symbole du dieu Wotan, est toujours vivant dans les traditions actuelles de la Populations bavaroises. Il existe des règles précises pour abattre l’arbre et le transporter à l’endroit où il sera érigé. Par exemple, dans le rite original, l’arbre ne pouvait être coupé que Nuit de Walpurgis.


Aujourd'hui, l'arbre est abattu des semaines et des nuits avant de le planter, c'est-à-dire qu'à la veille du 1er mai, les jeunes de Muniquenses doivent le surveiller et le protéger des jeunes de la ville d'à côté, car ils peuvent aller le voler. C'est impossible? Pas tout à fait, car comme ce soir est une fête avec beaucoup de bière, Barbara nous a dit que l’année dernière, un groupe de jeunes d’une ville voisine a réussi à «voler» le coffre en profitant de l’ivresse des muniquenses, ce qui était tout. Une honte pour le plus folklorique. Cette tradition de voleurs m'a fait penser aux anciennes tribus germaniques, toujours rivales et j'aimais voir qu'il en existe encore dans le folklore bavarois. À propos, les voleurs doivent rendre le journal, mais en échange d'un bon repas et d'un tonneau de bière!


Nous continuons à marcher et passons devant un restaurant-brasserie traditionnelle. Devant la porte se trouvaient trois jeunes musiciens vêtus d'un costume folklorique bavarois: un pantalon en peau de daim avec des bretelles, une chemise blanche, des chaussettes hautes et un chapeau à plumes. Ils allaient jouer en direct sur le site et avaient passé du temps à l'extérieur avant l'heure prévue. Barbara a recommandé le restaurant, donc à midi nous sommes retournés là pour le déjeuner.

Pin
Send
Share
Send