Amérique

New York City, j'y vais!

Pin
Send
Share
Send


Ou plutôt, deuxième tour à New York. C'est ma deuxième visite dans la ville des gratte-ciel ou dans la soi-disant "ville qui ne dort jamais". Quelle erreur. Après avoir été à Tokyo, New York ne mérite pas ce nom. Deuxième tour parce que dans le premier la ville m'a battu par K.O. Bien qu'il soit également vrai que je n'ai rien planifié lors de ma première visite. Quelque chose de très inhabituel chez moi, mais la semaine que j'ai passée là-bas était la deuxième étape d'un voyage de 24 jours au Canada. Je suis allé étudier l'anglais à Toronto pendant trois semaines et je voulais enfin mettre la cerise sur le gâteau en visitant la grosse pomme. De plus, en tant que guide, je me suis laissé emporter.Le logement à Manhattan est horrible. Dormir là-bas est cher et généralement les chambres sont très minables. Donc, si vous voulez économiser de l'argent, il est préférable de rester à Brooklyn ou dans le Queens. Nous avons décidé de rester au même endroit que mon partenaire lors de sa première visite en ville: le YMCA (oui, comme la chanson Village People) de Greenpoint à Brooklyn. Le YMCA est comme une sorte de centre culturel de quartier qui dispose d’une piscine, d’une salle de sport, de cours et d’un service d’hébergement très bon marché. Il m'a dit que les chambres étaient simples mais qu'elles étaient bonnes et que le prix était imbattable (50 $ / nuit en chambre double), donc nous n'avons pas hésité et nous avons réservé.

Photos de Central Park la semaine dernière. © Damon Winter / Le New York Times

Au cours des semaines précédant le voyage, j'ai lu de très mauvais commentaires sur le site Web de Tripadvisor, émanant de voyageurs affirmant que l'hôtel était infesté de cafards et de punaises. Je doutais un peu de savoir si je devais changer de place ou non, mais au final, nous avons pensé que les gens étaient peut-être un peu exagérés et ont décidé de passer à autre chose.

Nous sommes arrivés au pavillon la nuit et fatigués de traîner nos sacs. L'auberge était en construction car elle était en train de la rénover et la première impression a été que nous entrions dans un bidonville. En tout cas, je mets la valeur de la question, car après avoir dormi dans "l'hôtel de la mort" à Paris (cette histoire, je vais la raconter un autre jour), je pensais que ce ne serait pas tellement. La chambre était un peu délabrée mais cela n'avait pas l'air très dégoûtant. Il serait comme onze heures du soir, alors nous nous sommes couchés et avons éteint la lumière. À ce moment, j'ai vu une ombre courir sur mon oreiller et je me suis levée comme une source.

- C'est peut-être ma paranoïa, mais je jurerais qu'il y avait un virus qui traversait le lit!

Nous avons allumé les lumières et commencé à chercher parmi le tapis sale. Et à ma petite satisfaction, nous avons trouvé le cafard qui avait traversé les draps de façon fugace, ou qui sait, comme s'il était déjà à l'intérieur, replié sur lui-même et que mes jambes étaient sorties, je vous aime dès que nous sommes entrés dans le lit.

Photos de Central Park la semaine dernière. © Damon Winter / Le New York Times

Ensuite, je l'ai bien compris: il n'y avait pas qu'un seul cafard, mais plusieurs. Inutile de dire que j'ai catégoriquement refusé de retourner dans ce lit et après une petite discussion, nous sommes allés nous plaindre à la réception. La réceptionniste du quart de nuit nous a passés aux Jeux olympiques et avant sa passivité, nous sommes allés dans la rue pour trouver une épicerie 24 heures sur 24 pour acheter un insecticide. En arrivant dans la salle, nous avons rencontré des madrilènes qui étaient allés étudier l’anglais pendant un mois à New York et nous avaient expliqué qu’ils étaient comme ça depuis le deuxième jour et que la situation s’aggravait à chaque fois. Qu'ils se soient plaints d'innombrables fois mais que ni l'un ni l'autre.

À la porte de la pièce, un cafard nous a accueillis et après l'avoir tuée avec un zapatazo, nous sommes entrés dans la pièce armés de l'insecticide. Après avoir pulvérisé plus de la moitié d'un bateau, nous nous sommes rendus compte que si nous ne voulions pas nous enivrer, nous ne pourrions pas y passer la nuit.

Pin
Send
Share
Send